Lectures de janvier : tops et flop

Non classé | 5 février 2018 | By

Plus qu’un article par livre, parce que je n’ai pas toujours dix mille choses à dire sur une lecture, j’ai pour le moment décidé de vous parler de mes lectures mois par mois, ce sera une bonne façon de me remettre dans le bain. J’ai beau avoir eu un blog littéraire pendant quelques années, je suis un peu rouillée.

Depuis quelques temps je reprends beaucoup de plaisir à lire, encore plus qu’à une époque, et ça devient de nouveau une petite bulle hors du temps. 

Dans cet article je ne vais pas vous parler de tous les livres que j’ai pu dévorer, mais des plus marquants. Etant une grande lectrice (16 bouquins en janvier quand même), ça serait beaucoup trop long et fastidieux à lire pour vous comme article !

Commençons donc pas le livre qui m’a le plus ennuyée en janvier. Il s’agit du roman Sous le soleil de Satan de Georges Bernanos. 

Découpé en trois parties, ce livre nous brosse d’abord le portrait de Germaine, dite Mouchette, un peu trop en avance sur son temps au niveau des moeurs (le livre a été écrit entre 1918 et 1926), qui tombe enceinte d’un amant qui n’a aucune envie de l’épouser. Si cette première partie ne m’a pas emballée plus que ça, elle avait le mérite de se lire très bien. 

Pour le reste… On découvre le personnage principal du roman, jeune abbé appelé à devenir un saint. S’en suit de grands passages sur la foi, les interrogations de l’abbé, sa tendance à se faire mal pour expier ses fautes, et sa rencontre avec Satan. C’est long, c’est fastidieux, et on s’ennuie sévère. La dernière partie qui nous fait retrouver le personnage principal, à la fin de sa vie, devenu Saint, souffre des mêmes défauts. 

Maurice Pialat en a fait une adaptation qui a eu une palme d’or, je prévois donc de la regarder en espérant ne pas ressentir le même ennui profond !

Passons maintenant aux bons moments !

Première belle surprise avec ce livre hybride entre l’essai et l’auto-biographie : La folle du logis de Rosa Montero :

En mêlant le vrai et le faux pour parler d’elle mais aussi de l’imagination, l’auteur parsème des morceaux de sa vie, de celles d’auteurs célèbres aimés ou détestés (elle ne semble pas porter Goethe dans son coeur par exemple). C’est un superbe hymne à l’écriture et à la lecture, un livre savoureux et rempli d’amour, qui se lit extrêmement bien, en étant jamais ennuyeux ni poncif. Si vous avez peur des essais, celui-ci est hors norme !

J’ai maintenant très envie de découvrir encore plus l’autrice !

 

 

 

 

J’avais depuis longtemps envie de lire Thérèse Desqueyroux, inspiré d’un fait divers de 1905, l’affaire Carnaby. L’auteur, François Mauriac avait assisté au procès, et avait été visiblement marqué par l’histoire. Et comment ne pas l’être ! 

Le roman commence quand Thérèse, l’héroïne, sort acquittée, grâce au témoignage de son mari, du procès où elle était jugée pour avoir tenté de l’empoisonner. Ce dernier a voulu l’innocenter pour sauvegarder les apparences. C’est son père et son avocat qui la conduisent à la gare, pour prendre un train qui la ramènera vers la vie qu’elle a tenté de fuir.

Que dire si ce n’est que c’est glaçant et superbe. On est happé par le destin de Thérèse, horrifié par sa froideur et son détachement, parfois, mais elle est loin d’être le seul monstre de l’histoire, et au fond est ce qu’on peut parler de monstre ? Une femme étouffée par le carcan des apparences, noyée dans un mariage sans amour pour des terres… Une femme qui voudrait vivre et qui survit…

 

 

J’avais adoré Rebecca, j’ai aimé plus encore Ma cousine Rachel. Daphné du Maurier m’a tenu en haleine de bout en bout, et j’ai fermé le livre en ne sachant pas quoi penser. 

Ma cousine Rachel c’est l’histoire de Philip, recueilli par son cousin Ambroise quand il était enfant. Il a grandi au côté de ce célibataire endurci dans un magnifique domaine de Cornouailles. Ambroise vieillissant, il part depuis quelques années passer l’hiver en Italie, laissant Phillip s’occuper du domaine. Une année, il ne revient pas. Il s’est marié ! Alors que leur entourage se réjouit, Phillip est lui, rongé par la jalousie. Quand son cousin lui écrit que sa femme veut le tuer, puis meurt soudainement, Phillip ne peut donc que le croire.  Pourtant tout porte à croire qu’Ambroise a sombré dans la folie à cause de la maladie, et que Rachel, la femme qu’il a épousée est tout à fait innocente. Quand elle vient rendre visite à Phillip, ce dernier est tout à fait résolu à la vengeance, avant de tomber sous le charme.

Je suis passée par beaucoup de sentiments dans ma lecture. J’ai comme Phillip, détesté Rachel, puis j’ai eu des doutes, j’ai enfin fini par penser que si, elle était coupable, pour avoir de nouveaux des doutes. Je ne sais pas. Et pour moi c’est là que c’est réussi. L’ambiguïté est totale. Et comme j’ai plaint Phillip… Je ne saurais trop quoi vous dire d’autre à part de vous conseiller cette lecture qui ne manquera pas de vous happer, comme je le fus !

Et vous, des lectures à me conseiller?

 

 

Comments

  1. Leave a Reply

    Arlette - 6 février 2018

    Entre autres j’ai lu Bakhita de Veronique Olmi histoire vraie d’une esclave qui finie « Sainte » en octobre 2000 destin extraordinaire commencé avec violence son enlèvement au Darfour par des marchands d’esclaves. de Jim Harrison la fille du fermier pas vraiment aimé . Les tricoteuses du bord de mer j’ai adoré ainsi que la suite facile à lire de la détente Bisous ma belle

    • Leave a Reply

      Madame Chouquette - 11 février 2018

      Ca fait longtemps que je veux lire un bouquin de Jim Harrison, bon du coup je ne commencerais pas par la fille du fermier ! Je dois les lire depuis longtemps ces tricoteuses, je vais finir par m’y mettre ! Bises Arlette !

  2. Leave a Reply

    Syl. - 6 février 2018

    J’ai lu le Mauriac trop jeune et j’en garde que de fugaces souvenirs, pas très bons. Mais la cousine Rachel… je l’ai découverte l’année dernière et j’ai beaucoup aimé. La fin nous laisse perplexes.

    • Leave a Reply

      Madame Chouquette - 11 février 2018

      Oui je suis restée très très baba devant cette fin. Mais j’aime ça !
      Pour le Mauriac c’est clair que ce n’est pas une lecture très facile ! Merci de ton commentaire Syl <3 Ca fait chaud au coeur de te voir ici.

Leave a Comment

You can use these HTML tags:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>